LE SENS DE LA PENTE #2 : vers la mer…

LE SENS DE LA PENTE #2 : vers la mer...

Quand

02/07/2021    
17:30 - 20:30

Réservations

Au dessus du terrain de pétanque
Rue de la panetière, 13016

Type d’évènement

L’année passée, en slalom entre deux confinements, les voisins-explorateurs du 1000 pattes ont amorcé une lente descente des hauteurs de Cossimont jusque dans le vallon bas des Riaux. L’idée était simple : en suivant à la fois le chemin de l’eau invisible et les multiples usages historiques de cette “pente”, recomposer une histoire complexe de la colline pour mieux en comprendre et en partager les enjeux d’aujourd’hui. En octobre dernier, un week-end un peu fou a ainsi réunit exposition, grande marche, performances artistiques et conférences dans la partie du massif façonnée par l’histoire industrielle de l’extraction calcaire et du ciment.

Nous vous invitons à poursuivre l’enquête, en poursuivant pas à pas la descente vers la mer, cette fois en suivant également les traces des usines chimiques qui ont longtemps organisé la vie quotidienne de centaines d’habitants de ces quartiers de l’Estaque. Cette balade s’appuiera sur le parcours photographique de Jean-François Debienne. Ses photos, installées avec la complicité des habitants dans l’espace public, sera le support de rencontres et de conversations pour partager les mémoires et les savoirs.

La balade sera suivi d’un temps d’un temps convivial (apéro et pique nique partagé ) au coucher du soleil.

En partenariat avec Images et Paroles engagées, Thalassanté et la MMA des Riaux. Merci aux habitants contributeurs.

Pour lire les enquêtes du Sens de la pente #1…

 

Traces d’usines
Série photographique de Jean François Debienne
Lieu du travail : quartier des Riaux, Estaque  Marseille 16ème
Travail commencé en février 2019 et terminé en juillet 2019

Traces d’usines, est un retour sur le passé, mais toujours actuel, sur un ancien site industriel, avec  des portraits  de toutes les générations, de gens liés à ces usines, photographiés seuls ou en groupe, devant leurs maisons, ou sur les friches mêmes des usines, parfois avec un objet récupéré de ces usines, avec  des contrastes de lumière, des ombres
Traces d’usines, ce sont aussi des photographies de  routes, des escaliers, de sentiers, de ces  friches, avec parfois un bout de mer qui est ici  partout., ou des  camions de Lafarge que l’on voit encore passer,  en haut…
Quelques bribes de la culture ouvrière, le temps des suives…
Traces d’usines, ce sont enfin, prés  de 300 photos pour ce travail documentaire de plusieurs mois, parmi lesquelles j’ai choisi une trentaine de  photos en noir et blanc, développées en différents formats, grands et petits 
Un petit bout de mémoire ouvrière et de patrimoine  …
Jean François Debienne  sept 2020
Une production de Images et Paroles Engagées

 

 

Réservations

Les réservations ne sont pas ouvertes pour cet évènement.