Découvert avec

Hôtel du Nord vous emmène découvrir des quartiers méconnus lors de balades à pied ou en bateau conçues par et avec des habitants.

Chercher les traces de l’histoire agricole, industrielle ou de celle des migrations, observer les formes de l’habitat, contempler les paysages au-delà du port, arpenter les collines, marcher pour regarder la ville comme une vaste fabriques d’histoire(s).

Il y a les balades issues des ouvrages « Les Récits d’Hospitalité », les balades d’artistes, de botanistes, les balades dîtes « Terroirs des Cités », les balades à plusieurs voix, ou les balades d’auteurs…

Habitants, artistes, associations et entreprises du nord de Marseille vous emmènent en balade ! Autant d’explorations sensibles, de points de vue et de rencontres… Laissez-vous guider vers des horizons que vous ne connaissez peut-être pas, rejoignez-nous le temps d’un pas de côté !

Balades au catalogue

Auteurs : Mille Pattes, Remi Bellia
Nombre de place : Jusqu’à 30 participants

Pas loin de la gare, un quartier au joli nom : La Belle de Mai. Une vigne, une pêche, l’élue d’un bal ? Qui a été cette belle ? L’histoire se perd un peu. Quartier ouvrier, il a subi toutes les mutations économiques, la dernière étant la rénovation et la transformation de la Friche la Belle de Mai en haut lieu culturel et les centres de conservation du patrimoine.

Auteurs : Alain Moreau
Nombre de place : Jusqu’à 20 participants

Cette balade évoque la construction et le développement du grand port nord de Marseille aux XIXe et XXe siècles. Pendant cette période d’extension de l’empire colonial français, plusieurs entrepreneurs marseillais, grâce à l’invention de la machine à vapeur et de l’hélice, ont créé – entre 1830 et 1870 – de grandes compagnies maritimes qui ont prospéré jusqu’après la Seconde Guerre mondiale : Cie de Navigation Fraissinet, Cie de Navigation Paquet, Société Générale des Transports Maritimes à Vapeur…

Auteurs : Vincent F.
Nombre de place : Jusqu’à 10 participants

L’asphodèle est une plante méditerranéenne qui aime les sols calcaires, les pentes, les terrains «dérangés». Alors que les anciennes usines chimiques poursuivent leur transformation, grattant à la pelleteuse leur résidus polluants et que les débats sur le devenir et l’urbanisation des terrains des carrières Lafarge se poursuivent, elle est l’héroïne et la métaphore de cette balade à la fois physique et en pleine garrigue.

Auteurs : Nathalie Cazals,  François Parra
Nombre de place : Jusqu’à 25 participants

Duo de balades : autour de l’oppidum de Verduron suivie de « balade sensible » le long du Canalet. Depuis les hauteurs de Verduron, le mythe fondateur de Marseille prend d’autres réalités : là où les Gaulois regardent Massalia la grecque, des questions d’identité, de territoires, de celui qui était là, de celui qui arrive, se posent…

Auteurs : Samia Chabani
Nombre de place : Jusqu’à 30 participants

De l’émergence de l’industrie des tuiles, jusqu’à la fermeture des tuileries, on déroule l’histoire migratoire des travailleurs italiens, kabyles puis sénégalais (en 1979). Cette balade présente le site de l’ex-usine devenue citée d’habitat social à travers une balade urbaine restituant les témoignages sensibles d’habitants et la transformation de paysages urbains.

Auteurs : Lucienne Brun, Jean Claude Gautier
Nombre de place : Jusqu’à 30 participants

Visite guidée de l’Église Saint-Louis, l’un des rares bâtiments de nos quartier classé au titre des Monuments historiques. Elle permet de découvrir sculptures, vitraux, affiches, et fresques comme autant d’images riches de symboles et d’histoire.

Auteurs : SAFI Artistes-marcheurs-cueilleurs
Nombre de place : Jusqu’à 25 participants

Quel goût a la ville ? ses quartiers ? ses collines ?
J’ai mangé la colline est une exploration sensible et gustative des paysages au nord de Marseille. A partir de différents protocoles (cuisine mobile, poudres paysage ou les loops…) le collectif SAFI et les Marcheurs-cueilleurs vous invitent à savourer le paysage pour faire corps avec lui, mieux le comprendre et l’apprécier…

Auteurs : Migratour
Nombre de place : Jusqu’à 20 participants

A Marseille, le thème des migrations est enraciné dans la construction de la ville et l’histoire de son port. Cette première balade vous propose de découvrir de manière insolite les quartiers de la Joliette et du Panier à travers l’histoire de la transformation urbaine, du XIXème siècle jusqu’à nos jours, et l’accueil des populations venues pour s’y installer, pour quelques temps ou pour la vie. Cette balade vous fera découvrir les traces du passé pour mieux comprendre, aujourd’hui, la mutation de ces quartiers.

Auteurs : association Espigaou
Nombre de place : Jusqu’à 20 participants

Cette balade sur le site d’une ancienne carrière d’argile, aujourd’hui vaste espace libre autour du centre commercial Grand Littoral permet de découvrir plantes de friche et plantes indigènes. Sur les hauteurs dominant le port, on trouve aussi sur les affleurements calcaires une plante rare, le teucrium pseudochamaepytis…

Auteurs : Nathalie Cazals, Julie De Muer, Mille pattes
Nombre de place : Jusqu’à 25 participants

Territoire des grandes noblesses marseillaises (Castellane, Foresta…) le quartier de Verduron sera peu à peu urbanisé par autoconstruction des ouvriers du port et des tuileries voisines. Italiens, espagnols puis arméniens vont ainsi construire, souvent en « ré-emploi » des maisons perchées dans la colline, avec des vues sur mer qu’on leur envie aujourd’hui. Verduron c’est aussi l’oppidum, un village celte fortifié qui témoigne des débuts de Marseille et du passé gaulois de la Provence, véritable sentinelle sur la rade et ses échanges en Méditerranée.

Auteurs : Nathalie Cazals, Agnès et Louis
Nombre de place : Jusqu’à 25 participants

Le Vallon des Mayans est dissimulé entre l’hôpital Nord et les collines. On y découvre des vestiges industriels – bien sûr, à Marseille ! – et même archéologiques. Encore visible par les « oppida », ce passé celte a été longtemps occulté dans les représentations collectives, alors que plusieurs de ces villages gaulois subsistent et qu’ils sont même presque les seuls «monuments historiques» classés dans les quartiers nord de la ville.

Auteurs : Virginie Lombard
Nombre de place : Jusqu’à 20 participants

Surplombant le grand port maritime, cette balade traverse l’histoire de la réparation navale et des industries coloniales, dont certaines fonctionnent encore comme le silo et la sucrière.

Auteurs : Alain Moreau
Nombre de place : Jusqu’à 25 participants

Au cours d’un parcours qui mènera de la caserne du Muy à la Friche de la Belle de Mai, en passant par le couvent de la rue Levat et l’ancienne manufacture des tabacs, on évoquera la vie sociale et politique du quartier aux XIXe et XXe siècles. Conjointement on soulèvera les problèmes que peut poser, dans un quartier populaire fortement paupérisé, la réalisation d’une opération d’urbanisme d’envergure lancée récemment par la ville de Marseille.

Auteurs : Vincent Fraschina et Gérard Planchenault
Nombre de place : Jusqu’à 15 participants

L’oppidum de la Cloche se situe sur une voie reliant Marseille à l’Étang de Berre. Détruit par les troupes romaines en 49 avant notre ère, fouillé puis classé Monument Historique en 2004, il raconte le passé celto-ligure mais aussi les circulations dans un territoire métropolitain pratiqué par les hommes depuis des milliers d’années.

Auteurs : Agnès et Louis
Nombre de place : Jusqu’à 30 participants

Aux Piémonts du massif de l’Étoile, Agnès et Louis, apiculteurs, proposent la visite d’un rucher en bordure de ville : ouverture de ruches (prêt d’un vêtement de protection d’apiculteur par groupe de 7 personnes), visite du laboratoire, extraction de miel (en saison de récolte), dégustation. La visite nous révèles les qualités botaniques, écologiques et environnementales de ces quartiers et nous plonge dans l’univers passionnant de l’abeille.