Exploration botanique de Foresta – Récit #5 La coulée verte

La coulée verte ou comment les plantes se sont adaptées à Foresta

Après la fin de l’exploitation de l’immense carrière d’argile de Foresta, la colline a été remodelée dans les années 90 et une « Coulée Verte » fut un temps imaginée par la ville de Marseille. 

De nombreux arbres et arbustes ont été plantés à cette époque afin d’embellir mais surtout de tenir les nombreux talus en pente du site. Abandonnés pendant une vingtaine d’années, que sont devenus ces plantations ? Certaines se sont installées et d’autres non. Cette exploration de la coulée verte sur tout l’espace de Foresta nous a donné quelques réponses.

L’arrivée à Foresta par le Bd d’Hanoï à la Viste est toujours impressionnante…

coté ville
et coté colline

Premier arrêt sur cette maladie étrange qu’ont tous les genêts de Foresta, ils font des « balais de sorcière », la plante se met à fabriquer d’étranges feuilles.

Le genêt (Spartium junceum) et ses balais de sorcière

Les pins d’Alep plantés sur les talus, nous suivons les chemins parallèles et sillonnons sur le site.

Les pins d’Alep sur les talus

Le Chalef, Eleagnus ebbingei au premier plan, un arbuste planté mais qui ne colonise pas, au fond les pins d’Alep, Pinus halepensis, et les pins pignon ou parasol, Pinus pinea.

Chalef, pins d’Alep et pins parasol

De surprenants Ovni ont atterri parmi les pins !

Ovni

C’est parti pour l’identification des plantes, la Vipérine ou Echium vulgare avec ses fleurs violettes et roses nous attire naturellement. La boite à herbier de Safi inspire les botanistes, chacun remplit les fiches pour l’herbier de Foresta.

La boite à herboriser de Safi

Fiche d’herbier, flore pour déterminer le nom des plantes.

Herbier

La Vipérine en fleur

Vipérine ou Echium vulgare

Un champ de graminées et au fond les pins parasol, bien reconnaissables avec leur forme arrondie.

Graminées et pins pignon

Déterminer les graminées, c’est un peu difficile, il faudrait un spécialiste pour nous éclairer…

Graminées à identifier…

Un petit Févier d’Amérique, Gleditzia triacanthos inermis a poussé à partir de graines d’un arbre adulte planté dans la coulée verte. Un bel arbre d’ornement qui s’est adapté aux conditions de Foresta.

Févier d’Amérique

La jolie feuille du Févier dAmérique.

Plantations qui ont commencé à coloniser Foresta :

Arbre à perruques (Cotinus coggygria), Ailante (Ailanthus altissima), Viorne tin (Viburnum tinus), Savonnier (Koelreuteria paniculata), Pin d’Alep (Pinus halepensis), Chêne vert (Quercus ilex), Pistachier lentisque (Pistacia lentiscus), Frêne à feuilles étroites (Fraxinus angustifolia), Mûrier noir (Morus nigra), Févier d’Amérique (Gleditzia triacanthos inermis), Tamaris gallica, Erable negundo (Acer negundo), Troëne du Japon (Ligustrum japonicum), Laurier rose (Nerium oleander), Micocoulier (Celtis australis), Poirier (Pyrus communis)

Identification des arbres

Un petit arrêt sur les canapés du hameau pour continuer l’herbier.

Plantations qui n’ont pas colonisé mais sont toujours présentes :

Chalef (Eleagnus x ebbigei), pin parasol (Pinus pinea), Cédre de l’Atlas (Cedrus atlantica)

Arbres et arbustes sauvages présents :

Eglantier (Rosa canina), Ormeau (Ulmus minor), Peuplier noir (Populus nigra)

Fiche d’herbier pour un Ormeau.

Ormeau

Avec cette exploration de l’adaptation des plantes au site, il sera plus facile de choisir les bonnes espèces à planter à Foresta.

Comme d’habitude, nous mettrons ces données sur le site de botanique participative Tela Botanica.

A bientôt sur les chemins de Foresta !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *