2 # Récit exploration La Savine : De La Savine à la Campagne Mouret

Malgré un beau soleil, une journée froide et venteuse qui a visiblement découragé les dames de La Savine. Aucun enfant ne joue dehors… Seuls quelques jeunes encapuchonnés se tiennent debout à l’entrée de la cité…

img23

img25

 

 

déjà un pied sur le terrain…

 

 

 

img26

img22D’abord le petit terrain de foot dans ce qui fut un bassin réserve d’eau, puis un arrêt à la chaufferie à côté du fantôme du bâtiment A, lui-même construit à l’emplacement de la fontaine, vestige de la ferme des origines.

 

 

 

 

img24

img27Aménagement à l’ancienne : pierre sèche ! Grâce au chantier d’insertion, Louis et Agnès apprécient en connaisseurs : leur terrain aux Mayans est tout en restanques.

 

 

 

img29

img30Savine, Palanque et hôpital Nord.  D’un 14 juillet à l’autre, les arbres qui entouraient le terrain de foot (stade) ont brûlé.

 

 

 

 

img33Vue sur l’Etoile et Les Peyrards : notre regard se tourne aujourd’hui vers la colline.

 

 

 

 

 

 

img35

img31Deux portails à franchir et un petit goût d’interdit….

 

 

 

 

 

img34

Locataire depuis 1960 de la Campagne Mouret (propriété de la ville), madame SOS-CIA, ainsi que Mme Soscia épelle malicieusement son nom, accueille gentiment notre petite troupe.

img32

 

Le corps principal de la ferme qu’elle occupe.

 

img37img41En fait, un véritable hameau…

 

 

 

 

 

img38img39img44img42Un essai de rocaille et un four réussi.

 

 

 

img45

 

 

 

 

 

img40img43La petite troupe en mouvement… et à la pause tisanes !

Bravo à Emilie qui a porté son petit tout au long de ces chemins escarpés.

 

 

 

 

 

img47img50Sur le chemin du retour…

Il n’y a pas qu’aux Mayans qu’il y a des abeilles !

 

 

 

 

 

img48img51Quand même…beaucoup de grillages ! Avec parfois – heureusement – quelques… trous.

 

 

 

 

 

 

img49

 

 

 

Jardin oriental.

 

 

 

 

 

 

A suivre…

 

 

1# Récit exploration La Savine : Et si nous allions marcher ?

Cette envie de balade est comme une rivière formée de multiples initiatives et désirs de se relier : entre le haut et le bas, ceux qui vivent à La Savine et ceux des vallons, entre les immeubles et la colline, entre des temporalités aussi qui souvent s’entrechoquent : la mémoire, le temps que l’on vit comme habitant, les temporalités du projet urbain, et les temps suspendus…

Alors qu’un Plan de rénovation urbaine est en cours, et refaçonnera le visage du territoire, sans doute est-il temps de retracer ce qu’il a été jusque-là, pour laisser une trace et saisir ses continuelles transformations parfois douces et longues et parfois plus profondes et rapides.

1Savine1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un travail de recueil des mémoires a été commencé : d’un côté par Fabio, qui fût plusieurs mois  en stage au Cerfise et qui est maintenant l’animateur de la Maison du Projet du PNRU. Il a fait de nombreux entretiens avec des habitants, recherché les données urbaines, historiques et cartographiques, avec l’envie aujourd’hui de trouver des formes de mises en partage de ce travail.

Et il y a aussi Jean Pierre qui a réunit un fond impressionnant de cartes anciennes, Agnès et Louis qui arpentent depuis le Vallon des Mayans, Hadri et ses dessins, et tous ceux qui compilent chacun à leur manière connaissances des lieux et souvenirs.

Notre première balade fût en fait une balade “sur la carte”, pour se rencontrer entre voisins, partager la démarche et envisager ensemble comment pourraient commencer les balades d’exploration.

Dans la Maison du Projet à La Savine se trouve en effet une photo aérienne géante posée au sol !

Nous avons pu ainsi “marcher immobile” dans 50 m2, tout en se racontant quelques histoires !

2Savine1

3Savine1

 

 

 

 

 

 

Julie indique sur la carte-sol les lieux que chacun propose d’aller visiter collectivement, avec deux types de marquages : un pour les lieux bâtis et un autre pour les lieux d’évènements, d’histoires, de souvenirs … La colline attire beaucoup  avec sa végétation, sa faune et ses points de vue.

4Savine1

5Savine1

 

 

 

 

Des souvenirs d’enfance, des lieux de jeux dans des ruines qui autrefois ont été des maisons de campagne, des bastides.

Des souvenirs de faits historiques liés à des histoires personnelles comme les oncles de Hadri Bougherara qui sont venus d’Algérie libérer la France en 1945.

 

Le désir de connaitre ses voisins est motivé et motivant, et l’invitation faite par Till pour la visite de L’Annonciade, où il habite mais aussi cultive avec le collectif Chiendent, est reçue avec enthousiasme.

A ce premier stade, nous avons pu répertorier presqu’une vingtaine de lieux possibles pour nourrir nos  balades :

  1. L’Annonciade (bastide ou campagne)
  2. Plaque en hommage aux 7èmes Tirailleurs d’Algérie
  3. Bd des 7èmes Tirailleurs d’Algérie (il a 180 pas de longueur !)
  4. Four à Chaux
  5. La pagode
  6. Industriel Bouchard (conserves)
  7. Bastides famille Fine : La Sumiane – L’Hospitalière – Val Brise – Castel Bonnette – La Bonnette
  8. Ferme Mulateri
  9. Ferme Albin
  10. Plantes sauvages (cueillette)

6Savine1

 

#3 Récit exploration Saint-Louis : Que le Jeu Commence…

D’un côté 3 personnages que nous retrouvons facilement dans le tarot.

L’Evêque (carte du Pape)

Le Maire (carte de l’empereur)

Le Squatteur (carte du Mat/Fol)

1stLouis3

2stLouis33stLouis3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Guidés par la lecture d’un texte de Christine Breton, perchés au dessus du Bassin de Séon, percevoir les 3 portes qui nous entourent, celles de 3 campagnes qui au milieu du 19ème racontent l’histoire:

Campagne Consolat (le Maire), Campagne Mazenod (L’évèque), Campagne Tornési.

4stLouis3

5stLouis3



 

 



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je veux être au sommet du vide…

Dans sa continuité, c’est ici aussi là que 10 ans plus tard les architectes Rozan et Eigger gagneront le concours pour construire 800 logements au centre de la même « Campagne-L’évêque ».

Trois grands domaines seront en1945 les portes du « mouvement des squatteurs”, alliant militants chrétiens du Mouvement Populaire des Familles et communistes dans une ville mise à mal par la guerre, en manque de tout et notamment de logements.

Les trois campagnes seront squattées pendant plus de 10 ans et le mouvement des squatteurs, fondé en 1946, s’étend rapidement dans les autres quartiers.

Combinaisons de cartes

De ce 19ème siècle déjà bien avancé on aperçoit l’alliance d’une église bâtisseuse du territoire (L’évêque de Mazenod crée 22 nouvelles paroisses et fera construire 40 églises dont la cathédrale de la Major et Notre Dame de la Garde, un vrai plan d’urbanisme…) à l’ingénierie industrielle des grandes familles (Consolat déclenche la construction du Canal de Marseille, et le voisin Jules Mirès crée ses hauts-fourneaux à St-Louis, tout en lotissant la Baie d’Arenc).

Le 20ème siècle prolonge la combinaison : l’église Saint-Louis construite en 1933 incarne la grande Mission, la  «croisade” (nom du bulletin paroissial) se construit tout en innovations de béton, et s’affiche à la fois locale et internationale. Rapidement, le regard se trouble…

6stLouis3

Les hauts fourneaux fondés par Jules Mirès, face au cimetière. Leur activité démarre en 1856 mais Mirès fait faillite en 1861. La production se poursuivra pour s’arrêter en 1905.

 

 

 

 

 

 

 

 Le bulletin paroissial La Croisade et l’un des vitraux de l’église St Louis
 7stLouis3

8stLouis3

 

 

 

 9stLouis3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Moulin et le canal, personnages récurrents de nos histoires…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mirage (nouvelle combinaison?)

Que voit-on?

Une mosquée, une église?

Saint Louis le roi missionnaire ou le plus modeste Saint Louis d’Anjou?

Une mission ou du militantisme?

De l’action religieuse ou de l’action sociale? Et l’art dans tout ça?

10stLouis3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1945 les prêtres ouvriers s’installent à Saint Louis, suivant de près le mouvement des squatteurs.

Patrick vient de là et nous raconte, avec André de l’association La Fraternité de St Louis.

11stLouis3

12stLouis3

13stLouis3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La JOC (Jeunesse ouvrière chrétienne) tient les rennes, on choisit dans le calendrier de la JOC des images et l’on demande à des affichistes oranais installé au centre ville d’en faire des affiches géantes à encoller dans l’église, juste au dessus du chemin de croix peint par Martin Ferrières en 1937 comme nous l’explique Jean Claude, et récemment restauré par Laure qui nous raconte aussi la technique particulière de la peinture à la fresque.

La bataille des images est engagée dans cette autre guerre de religion. Ce n’est plus la Croisade que l’on fait circuler mais les Semailles, le journal du Diocèse dont vont se servir les militants et paroissiens pour constituer le support aux encollages !

 

Nouvelle combinaison de cartes…

De l’histoire de cette paroisse ouvrière devenue chef d’œuvre d’art contemporain, nous tirons une combinaison de 3 cartes :

le Soleil  (la solidarité), le Bateleur (le figure populaire) et l’ange Gabriel (commun aux 3 religions monothéistes).

Cette combinaison nous guide intuitivement dans nos rencontres d’aujourd’hui :

14stLouis3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Al Insaf  est un centre culturel musulman très engagé dans l’action sociale (distribution de vêtements et de repas à Saint-Louis et au centre ville, soutien scolaire, temps partagés etc.), accueillant également une mosquée dans son niveau inférieur.

Rahim nous raconte ce qu’il sait du passé du bâtiment (du métal à la chaussure), son rachat par sa famille et la mobilisation progressive des habitants, principalement des parents d’élèves pour « faire quelque chose ».

15stLouis3

16stLouis317stLouis3

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Rocher, associée à la Fondation des apprentis d’Auteuil anime la Maison des familles ainsi que diverses actions sociales notamment à Campagne Lévèque. Membre de la communauté de l’Emmanuel (clé de voûte du Renouveau charismatique en France elle a une influence croissante au sein de l’Eglise catholique depuis sa création en 1976 et est très présente sur le terrain animée par sa mission évangélisatrice), elle s’occupe également aujourd’hui du culte à L’Église Saint-Louis.

18stLouis3

19stLouis320stLouis3

 

 

 

 

 

 

La « famille » a dans tous les cas remplacé l’ouvrier.

Les usines sont encore là, mais ce sont des maisons vides…

22stLouis3

23stLouis324stLouis3

 

25stLouis3

 

 

 

 

 

 

.Huileries Salador (Huileries Augustin Roux, qui devient Salador en 1965 et fournira la marque Lesieur). Usine des femmes de la Cité Saint-Louis.

 

 

 

 

 

 

26stLouis3Robert, lui aussi né à la Cité Saint Louis, y a fait ses jobs d’été.

« Cette grande salle c’était pour l’embouteillage. Moi je devais vérifier que les bouchons était bien vissés, sinon au bout de la chaine tu avais de l’huile partout. Mais parfois je m’endormais, et  les femmes m’engueulais quand arrivaient là bas des bouteilles toutes dégoulinantes… ».

 

“La grande maison c’était la facturation, et celle dans coin là bas le directeur. »

 

 

 

 

 

 

Emilie a des envies de fêtes foraines dans cette énorme cour oubliée. Un théâtre?

27stLouis3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Justement ! Philippe28stLouis3 Caubère, qui deviendra l’un des comédiens les plus connus de sa génération et avant tout apprécié pour sa capacité à mettre seul en scène sa propre vie a grandi ici, dans la maison en friche.

Son père fut directeur l’usine.

“On l’invite à la Fête Foraine?”

 

 

 

 

 

De l’autre côté du mur, l’ange Gabriel déploie toujours ses ailes. Et les tours de la Viste nous ramènent au squatteur.

29stLouis3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Essayons de changer les cartes…

Et que se passe t-il si on rajoute à nos 3 cartes( Soleil/Ange/Bateleur) la carte du « Fol” (autrement appelé du « Mat »), qui est la figure du marcheur libre, de l’imagination débordante, de l’exploration et que l’on retourne à l’église Saint Louis ?

On retrouve le théâtre et Armand Gatti !

30stLouis3

 

Scène de théâtre dans la crypte de l’église Saint Louis. Pendant quelques années, au début des années 2000, le prêtre alors en fonction avait souhaité développer un centre multiculturel en ces lieux. La crypte a depuis toujours accueilli des activités culturelles, mais aussi sportives puisque le mythique Boxing club de Saint Louis, toujours très actif,  y a été fondé.

 

 

 

 

 

 

unnamed

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« C’est ainsi, que dans les premiers jours de 1990, conduit jusque-là par cet orchestre de passeurs qui avait mis plus de deux ans à se constituer, Gatti pénétra dans la crypte de l’église St Louis. 

L’y attendaient une vingtaine de jeunes (et moins jeunes) « exclus sociaux » qui, pour quelques mois (du moins pour ceux qui iraient jusqu’au bout), allaient se lancer dans une aventure dont la seule chose qu’ils savaient, c’est qu’elle ne leur procurerait pas un travail ».

Extrait Armand Gatti à Marseille. Metteur en scène et auteur d’origine espagnole, anarchiste.

Est-on encore dans la « Mission » qui semblait au fil de nos rencontres être la seule façon d’agir ici ?

Emilie a pu retrouver le livre et les cassettes VHS témoignant de cette expérience radicale d’utopie émancipatrice. Visionnage collectif dans les prochaines semaines…

Deux photos pour conclure, en ouverture…

31stLouis3Le sourire de Marthe, rencontrée le long du chemin et de son jardin. Trajectoire arménienne, générosité et réciprocité d’un échange. Nous reviendrons partager du miel et des feuilles de vignes.

 

 

 

 

 

32stLouis3

 

 

 

 

 

La station service AGIP où le pompiste nous a accueilli fier de nous prévenir qu’elle était l’oeuvre d’un architecte « très connu ».

Entre temps nous nous sommes souvenus qu’il s’agissait de Jean Prouvé. C’est à cet endroit, pile dans le triangle des 3 portes, que nous reprendrons notre chemin la prochaine fois…

 

 

#2 Récit d’exploration à Saint-Louis : de l’Atelier Galapagos au Cimetière de Saint-Louis

Chaque lieu et ses cartes associées (avec les sténopées de Tony et les tarots de Emilie)

1Stlouis2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On rencontre ces lieux (avec les photos de Dominique)

L’Atelier Galapagos (associé à la carte du Bateleur)

Ancien garage, Tony et Emilie qui habitent juste à côté en ont fait leur atelier, un lieu à la fois intimiste et ouvert qui cultive avec patience ses relations de voisinage. Régulièrement le dimanche on peut y voir des petites spectacles et bientôt en février on pourra y apprendre à faire des sténopées (les photos juste au dessus sont des sténopées faites avec des boites à sucre). Nous partageons ce que nous avons échangé avec Christine Breton lors de la séance précédente et le début de la recherche avec les cartes de tarots…

2Stouis25Stouis24Stouis23Stouis2

 

 

 

 

 

La Maison du Peuple (associée aux cartes du Bateleur et du Soleil)

Acquise en 1938 par souscription populaire, la Maison du Peuple est une trace encore bien active du passé communiste de ces quartiers. La section locale du parti se trouve toujours à l’étage mais l’association de la Maison du Peuple agit aujourd’hui principalement pour maintenir une sociabilité locale autour de la danse ! Nous espérons bien pouvoir convaincre quelques uns des adhérents que marcher avec nous, à l’occasion, serait une belle danse collective aussi, de transmission…

6Stouis2
7Stouis28Stouis29Stouis2

 

 

10Stouis2

 

 

 


 

 

 

Le cimetière de Saint-Louis (associé à la carte du Pape)

Avec une vue imprenable sur St Louis et notamment sur l’Eglise, le cimetière raconte à sa façon l’histoire des hommes et des habitants.

11Stouis212Stouis213Stouis214Stouis2

 

 

 

 

 

Du Viaduc aux hauts-fourneaux 

Chaque lieu et ses cartes associées (avec les sténopées de Tony et les tarots de Emilie)

15Stouis2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On rencontre ces lieux (avec les photos de Dominique)

Le viaduc (associé aux cartes de la Roue de Fortune et de l’Etoile)

Le viaduc nous ramène à l’histoire industrielle du quartier, après l’eau du ruisseau l’eau du canal, les moulins, les turbines, les myriades de fabriques qui sous-tendent l’histoire sociale et collective des lieux.

16Stouis217Stouis218Stouis2

 

 

 

 

 

L’église St Louis (associée aux cartes du Pape, du Soleil et du Bateleur)

Avec ses airs de Mosquée Sainte Sophie, son béton témoin des innovations et idéologies architecturales du début du XXème siècle, son histoire oscille entre reconquête des populations immigrées susceptibles de basculer vers le marxisme et expérimentation cléricale avec sa prise en main après la guerre par les prêtres ouvriers. Elle raconte merveilleusement bien ce quartier et on la retrouvera sur notre chemin…

19Stouis220Stouis2unnamed

 

 

 

 

Les hauts-fourneaux (associés à la carte de la Roue de Fortune)

Au-delà d’être la trace d’activité industrielle, ils nous relient au point de départ de notre enquête, le Ruisseau des Aygalades, puisqu’ils étaient l’entreprise de Mr Mirès, le même qui posera la trame d’urbanisation de la Baie d’Arenc une fois remblayée (la Baie d’Arenc étant l’embouchure du ruisseau)…

On y découvre un beau point de vue sur le bassin de Séon, Consolat et la cité St Louis et la balade se finit joyeusement à bord d’un hors bord…

21Stouis222Stouis223Stouis224Stouis2

 

 

 

 

 

CE QUE PEUVENT DIRE LES CARTES

25Stouis2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

26Stouis2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

27Stouis2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

AMUSONS-NOUS À ESSAYER DES COMBINAISONS, ÇA MARCHE !

28Stouis2

 

 

 

 

 

#1 Récit d’exploration à Saint-Louis : le tarot du ruisseau…

#1 explo st louis 1 Premier pas de notre re(découverte) de St Louis. Il fait mauvais, vraiment tristounet.

Du coup, on rebat les cartes pour explorer autrement : un dialogue entre une carte blanche, pour accueillir la recherche de Christine Breton, et des cartes de tarots de Marseille, que pratique Emilie. Dans le petit garage intimiste transformé en atelier-archipel des possibles (Emilie et Tony l’ont surnommé Galapagos), nous commençons la plongée dans les cartes !

Au fil du récit de Christine, Emilie propose des cartes de tarot (qu’elle choisit intuitivement soit pour leur simple valeur iconographique, soit pour leur valeur iconographique et symbolique). Elles pourront être analysées plus profondément au gré des explorations à suivre.

On vous en livre quelques unes.

Le premier trait que pose Christine sur la carte blanche est la ligne du Ruisseau. Celui qu’on appelle des Aygalades, Caravelle mais aussi de l’Ermitage.

Dans une première histoire, on pourrait raconter que c’est la ligne du blé, celle des moulins.

Celui qui se trouve à l’embouchure, dans la Baie d’Arenc s’appelle le Moulin de l’Evêque.

#1 explo st louis 2#1 explo st louis 3#1 explo st louis 4
 En remontant le long du ruisseau, moulins de l’évêque, du Riquetti, des Crottes, Caravelle, Chaudelle, de la Commanderie, des Aygalades.
L’occasion de rappeler que Marseille fût longtemps 3 villes : la ville des vicomtes (de Marseille), la ville des consuls et la ville de l’évêque.

 

#1 explo st louis 5
En haut de la carte, la porte nord, la porte et tour de Sainte Paule (une ermite dont la grotte était à Bethléem), dans la ville de l’évêque, dans le rempart au nord de l’ancienne cathédrale sur laquelle sera construite la Major.
Là aussi où jusqu’au 17ème siècle un rite de femmes aux seins nus se déroulait en hommage à Marie Madeleine.

 

 

 

La Roue de fortune, lame 10 

Pour représenter les moulins à eau qui longeaient tout le ruisseau des Aygalades / Caravelle. Si on étend l’iconographie, cette roue peut représenter l’industrie en général, l’activité productive des hommes. Dans les Tarots, rien à voir avec la production humaine. Représente les moments de transition.

Le Pape, lame 5 

Pour représenter l’évêque.

Dans les Tarots, le Pape est une figure de sagesse morale et de transmission, transmission de celui qui a étudié puis agi et qui aujourd’hui tire de ses actions dans le monde des enseignements à diffuser. Dans son extrême négatif, cette sagesse morale devient moralisation, prosélytisme.

L’Etoile, lame 17

Vers le Nord, la massif de l’Etoile.

Dans les tarots, toujours en lien avec l’environnement, la nature. Si on associe la roue de la fortune et l’étoile, du moins dans ce que dégagent l’association de ses images, on est en plein dans l’histoire des moulins (l’étoile représente une femme près d’une rivière), des jardins, de la présence d’une nature nourricière. On peut y associer les notions d’écologie (prendre soin de l’environnement que l’on a fait sien, harmonie avec la nature).

 

Marie Madeleine, personnage clé de notre histoire. Elle part de ce qui deviendra la porte Sainte Paule, où se trouve la pierre qui porte son nom : Marie Madeleine.

C’est un récit fondateur de la christianisation de Marseille qui déroule alors une nouvelle ligne le long du ruisseau et sur la carte blanche, la ligne spirituelle, érémitique. Après avoir prêché en ville, sur les restes de l’ancien temple grec, Marie Madeleine veut quitter l’urbain, partir au désert. Elle remonte le ruisseau, rencontre ainsi les grottes (les crottes, les baumes), 7 km pour une escale aux Aygalades. 

 

#1 explo st louis 6

La Papesse, lame 2

Pour imager Marie-Madeleine.

Dans les Tarots, c’est celle qui étudie, qui est réfléchie dans la discipline des voiles qui la couvrent. Représente la couvaison, la gestation, le temps pris à mûrir un projet, une pensée avant d’en engager la réalisation, de passer à l’action.

Ces mêmes Aygalades où, bien plus tard, au 12ème siècle, s’installeront les Carmes venues elles aussi de Palestine, suivant les pas d’un personnage historique du 4ème siècle partie de sa laure palestinienne, Cassien, qui fonda à Marseille les premiers établissements érémitiques. Un pèlerinage subsistera longtemps, et c’est les habitants qui retrouveront sa trace et celle de la grotte-ermitage dans les années 2000. Les Aygalades, c’est le seuil de la ville.

Alors Marie Madeleine ira de nouveau au désert et poursuivra sa route vers le nord, pour finalement aboutir à la Sainte Baume : une grotte regardant vers le nord sur un massif en crête, qui s’allonge d’Ouest en Est.

#1 explo st louis 7

Le Mât ou le Fol, lame 0

Le bouffon sacré, le vagabond fou et sage, l’autre pèlerin mais créatif, libre, libéré. Peut représenter ceux qui allaient voir les Ermites pour vivre une expérience mystique libératrice ou alors nous-même en tant que marcheur. Le fol prend les petits chemins de traverse, ne suit pas l'(auto)route tracée et droite. Il va voir ailleurs, accepte de ne pas savoir et de fabriquer sa pensée au fur et à mesure de ses expériences. Il accepte l’erreur, adapte son chemin, le fait évoluer au gré des rencontres. Il peut parfois errer. Il met le processus avant le résultat.

Figure intéressante à mettre face au Pape. L’alternatif versus l’institution(nalisation), la frange vs la voie tracée, planifiée.

#1 explo st louis 8L’Est. C’est là que regardent les navigateurs, mais c’est aussi la direction de Jérusalem. 

Etre ermite là, ce serait refaire Jérusalem là où on est, sans croisade, sans y aller. Ce serait la Jérusalem céleste.

Mais d’autres y vont à Jérusalem, par exemple l’ordre hospitalier et militaire de Saint Jean de Jérusalem, qui fonde la commanderie dont le Moulin porte le nom, toujours le long du ruisseau. Pour les croisades, on produit ici le blé, les armes, et on prépare les chevaux.

Ruisseau spirituel, ruisseau productif, ruisseau industriel.

#1 explo st louis 9

Le Chariot, lame 7 

Choisi pour dire, de manière plus iconographique que symbolique, l’activité de fabrication et de livraison d’armes qui venait du côté de Digne et de la Chartreuse jusqu’au port de l’anse d’Arenc pour les croisades.

 

 

#1 explo st louis 10
Du moulin à blé d’une ligne spirituelle nous passons à un moulin industriel qui organise les dérivations du ruisseau.

 

 

 

 

Le Moulin Chaudelle alimente en énergie l’huilerie savonnerie du côté de la Cabucelle, la commanderie est cédé en 1845 et deviendra une usine moderne.

Les hauts fourneaux de Mr Mires tournent à bloc à Saint Louis, et il peut investir sa richesse dans les projets Saint Simoniens du port, remblayant le port d’Arenc pour lotir selon ce qui deviendra « la trame Mires ».

Le ville s’installe.

Le Bâteleur, lame 1 

Choisi pour représenter la créativité, la culture présente à St Louis : les anciens Abattoirs, les lieux d’éduc pop (Maison du peuple, Cercle populaire, ex-squatt Mirabeau, l’atelier Galapagos), la salle de boxe…

#1 explo st louis 11

Le ruisseau pourrait s’appeler alors la Vis sans fin, ce procédé inventé par Archimède pour que les paysans irriguent leurs terres à partir du Nil.

 

 

 

 

Ouverture ?

Le Diable, lame 15 vs le Soleil, lame 19 

Réfléchir d’autres cartes pour dire et relire une histoire des mentalités locales ?

Par exemple, le Soleil pourrait signifier cette solidarité d’avant, celle dont témoignent tous les anciens, alors qu’aujourd’hui règne l’individualisme (le Diable), le chacun pour soi, la déliquescence de la convivialité, de la solidarité.

A essayer sur le terrain maintenant !

#1 explo st louis 12

Le Port de Saumaty : Explo #2

Volet 1 (remix imagé de Julie avec les documents de tout le monde)

C’est une balade qui serait une longue glissade…  Une glissade de la chaine de la Nerthe à la mer,

récit explo #2 : Saumaty Tableau JB Olive (1848/1936), Vue de la colline de Mourepiane.Tableau JB Olive (1848/1936), Vue de la colline de Mourepiane.

 

 

 

 


une glissade dans la pente des anciennes tuileries,

récit explo #2 : Saumaty -1récit explo #2 : Saumaty -2Le toboggan de la tuilerie du Régali, de près, de loin, dans des temporalités variées…

 

 

 

 

une glissade où l’on ne sait plus où est la terre, tant cette partie du littoral a été façonnée et refaçonnée par l’homme.

récit explo #2 : Saumaty -3récit explo #2 : Saumaty -4Vues aériennes Littoral nord et des extensions du port au dessus de Saumaty, 1955

 

 

 

 

Pour revenir au début, nous voilà sur une esplanade de remblais à la lisière de Saint-Henri et de l’Estaque.

récit explo #2 : Saumaty -5récit explo #2 : Saumaty -6récit explo #2 : Saumaty -6bisNous sommes à mi parcours de la photo, côté gauche (au premier plan à droite Saint Henri, sur les usines le Lycée pro et le collège, au loin Bovis)

 

 

 

 

En face de la cheminée, cet immeuble que l’on connait de tous les jours sans y prêter attention et qui aujourd’hui nous interpelle.

récit explo #2 : Saumaty -7

 

 

 

 

 

Repartager une fois encore cette histoire des tuileries, se transmettre les recherches qu’ont menées les enfants de l’école Fenouil avec des associations, des artistes et des habitants, les voisins de Saint-Henri et chercher par soi-même car rien ne remplace l’expérience.
https://tempsdesirenes.wordpress.com/

On se balade entre la toujours étonnante ingéniosité de l’autoconstruction (la tuile en étant le principal matériau) et les ambitions pas toujours ingénieuses des promoteurs à la recherche d’une plus value Vue sur mer même sur terrains instables.

récit explo #2 : Saumaty -8récit explo #2 : Saumaty -9récit explo #2 : Saumaty -10récit explo #2 : Saumaty -11
Les nouveaux immeubles du Charron à la lisière de l’une des entrées des tuileries et ce qu’il reste des habitats en cabanons.

 

 

 

Mr Gomez est un ancien de la réparation navale. Il vit dans ce qui fut la maison du lad (celui qui s’occupe des chevaux) de l’ancien propriétaire “du domaine”. Il semblerait que des écuries auraient occupé à un moment ce bout de la colline Mourepiane.

récit explo #2 : Saumaty -12

 

 

 

 

 

Régali ? Se régaler (les yeux…)

récit explo #2 : Saumaty -13récit explo #2 : Saumaty -14

 

 

 

 

 

Nous regardons avec Mr Gomez ces maisons jamais livrées suite aux glissements de terrain.
Oui, il y avait des poissons là-dessous, comme il nous le rappelle.

récit explo #2 : Saumaty -15récit explo #2 : Saumaty -16

Etang de Saumaty au début du 20e siècle.

 

 

 

 

On prend le temps dans ce microquartier originellement de pêcheurs, puis adopté par les espagnols des tuileries.

récit explo #2 : Saumaty -17récit explo #2 : Saumaty -18récit explo #2 : Saumaty -19récit explo #2 : Saumaty -20

 

 

 

 

 

récit explo #2 : Saumaty -21

Mr Santiago nous explique comment l’ancien chemin d’accès au lavoir est devenu son garage.

 

 

 

 

Puis voilà le moment de chercher la pente vers le port. A la recherche du chemin perdu, on remonte l’histoire de la lutte menée par Cap au Nord contre un projet immobilier sur ce dernier bout de colline. Une fleur en est l’héroïne.

récit explo #2 : Saumaty -22récit explo #2 : Saumaty -23récit explo #2 : Saumaty -24récit explo #2 : Saumaty -25

 

 

 

 

 

récit explo #2 : Saumaty -26
récit explo #2 : Saumaty -28Le chemin du Régali qui reliait L’Estaque. Aujourd’hui Cul de sac…

 

 

 


récit explo #2 : Saumaty -30
récit explo #2 : Saumaty -29Le Teucrium pseudo cha mae pithys autrement appelée Germandrée faux petit pin est une espèce menacée qui figure sur le livre rouge des espèces en voie de disparition. On la trouve sur le versant sud de Mourepiane et sous le Lycée Nord. Elle n’est identifiée nulle part ailleurs en France et elle a permit en 2013 l’arrêt du projet d’immeubles de bureaux de la société Résilience.

 

 

 

Nous voilà dans les ruines de la Tuilerie du Régali. Celle-ci avait la particularité d’avoir à sa porte les embarcadère des bateaux (les Tartanes) qui transportaient les tuiles jusqu’au Vieux Port ou La Joliette.

récit explo #2 : Saumaty -31récit explo #2 : Saumaty schema-tartane-claraschéma d’une Tartane, réalisé par Clara
Montage et dessin réalisés par les enfants de l’école Fenouil dans le cadre du projet le Temps de sirènes. Blog: https://tempsdesirenes.wordpress.com

 

 

 

récit explo #2 : Saumaty - 31Tour de Saumaty. Elle apparait sous le nom de tour des Jourdans au 13ème siècle. Elle a servi de tour de gué et de sémaphore. Le nom Saumaty vient de la famille Sommati, seigneurs du lieu au 16ème siècle.

 

 

 

récit explo #2 : Saumaty -32Plagette devant la Tuilerie du Régali…

 

 

 

 

récit explo #2 : Saumaty -33

 

 

 

 

 

Fin de la balade à l’orée du Port, nous marchons sur ces remblais cette fois issus de la ZAC Saumaty qui étendra sur la mer les extensions du port. La criée aux poissons s’y installe en 1976.
C’est là que Michèle nous transmettra les documents patiemment réunis par les habitants de Mourepiane.

récit explo #2 : Saumaty -34récit explo #2 : Saumaty -35

 

 

 

 

 

La prochaine séance nous ramènera dans le présent du Port, après un petit détour par Mourepiane…

récit explo #2 : Saumaty -36

 

 

 

 

 

Volet 2 (relation contrepétulante, plus quelques calembours, de Pierre)

DES SITES EN BALADES
RENDEZ-VOUS SUR LA BAIE ?
Rendez-vous à 11h devant le lycée professionnel de l’Estaque.
Chic le soleil est au R.V., c’est sympa de l’avoir convié.
Un gros cargo évite sur son ancre à l’abri des falaises de la Nerthe, à l’estaco, mouillage sûr où l’on amarre les bateaux.
La baie s’étale (où l’on peut s’y jeter tant la tasse est belle…) sous nos yeux, Marseille au loin et If, Pomègues, Ratonneau qui barrent l’horizon, masquant plus ou moins Maïre tout au fond, et sur la droite L‘Estaque, Le Rove, avec sa batterie et sous l’eau les centaines de munitions et obus déversés du haut de la falaise, la Vesse qui se cache (défi à la Vesse ?), le rocher de Niolon (mâles agents circulaient à Niolon ?), jusqu’à l’Elavine (pêché à l’Elavine ?), et le Planier en sentinelle (potée au Planier ?)
Plus près sur le rivage les cuves de la station de dégazage, où, ironie des programmations, la stagiaire Michelle BERNIER ira mener l’enquête le soir même sur France 3 !
Et, monument de l’inutile, la gigantesque forme 10, inaugurée au moment du déclin des super-tankers pour lesquels elle a été construite. Les bateaux ont disparu, la forme est inutilisée depuis longtemps, et la frayère à loups, ils y étaient des milliers dans les années 60, a été éradiquée….
Vivent les technocrates !
La descente prévue vers Saumaty sera surtout une plongée dans le passé, depuis le comblement du bassin de Séon et de son étendue d’eau (beaucoup plus que le pastis !) et l’implantation des tuileries qui ont fait la richesse de leurs propriétaires à défaut de celle de leurs ouvriers….
Deux affiches interpellent : « Thomas Dutronc » et « Elie Semoun » rappellent que plus bas c’est le trauma du thon et que les loups se minent (et dans sa mousseline, Ilène me saoule…)…
Départ vers les maisons, inhabitables, implantées sur le remblai mouvant, qui croulent sous les remboursements plus que sous les applaudissements (encore une histoire d’affaisse….), portail d’une ancienne bastide, et murs de tuiles maçonnées.
Rencontre de M. GOMEZ, ancien de la réparation navale (radoubage et peinturage….) puis descente, épineuse, le long de la falaise du Régali, à travers une végétation luxuriante et traîtresse (ah ! les ronces en travers, au ras des pieds…) qui fait regretter le contingentement soudain de machettes en notre cité phocéenne…
Nul doute que les légionnaires n’aient besoin d’aller jusqu’en Guyane pour crapahuter. Quelle économie de bilan carbone cela ferait…
D’autant plus qu’ils pourraient s’initier au combat de rue dans les vestiges de la tuilerie, enfouis sous la verdure.
Un petit coucou à la germandrée teucrium pseudochamaepitys (à vos souhaits) qui bloque, pour l’instant, un projet immobilier maousse (niqué maousse ?), gentille plante à genêts qui résiste royalement à l’envahisseur….
Errance derrière les clôtures, examen de passages, pour enfin débouler sur la route à traverser sains et saufs, contrairement à ce que rappellent les 2 stèles en bord de voie, y a encore du chemin pour l’égalité des chances…
Cheminement dans l’effluent à ciel ouvert (tous les égouts sont dans la nature) jusqu’à l’entrée de Saumaty.
Pique-nique (sans panique ni pan-cakes et sans photos avec du PERNOT…) à l’entrée du port, avec sa pancarte « réservé aux professionels (« N » unique honni, ça s’écrit sans haine …) de la pêche » tout à fait pour nous avec l’allant qu’on se tient ! (éméchés pleins d’allant, question pêche on a bonne mine…..).
Et dernières contrepèteries (mais non ultimes, tant qu’on pourra bisser à l’aise… au pays des merveilles !) : port de pêche (autrement dit scrotum) et Saumaty où si c’est un copain, vaut mieux surveiller ses arrières…
Tout s’est terminé avec des images des sites anciens (des sites qui nous bottent), où l’on a vu que la digue du cru s’arrêtait alors à Arenc (Arenc compris…), et que le tram longeait la baille à Mourepiane, près des bateaux de pêche (le tram n’entravant pas le travail au tramail !).
Depuis la mer a reculé derrière les rues et les quais, on lui a dit bye -baille …
Quant à nos dessinatrices elles ont eu beaucoup de dix à leurs compositions.
Et grâce à nos érudits, c’est comme ça qu’on s’en voit dans la culture…..

Le Port de Saumaty : Explo #1

Notre chantier d’exploration Littoral-Saumaty a commencé le premier décembre. Prochaine balade le 19 janvier (prendre contact avec Julie si vous avez envie d’y participer).
Récit-remix avec les photos de Agnès, Audrey, les témoignages et souvenirs de Danièle, Julie et Nathalie.

Ce fût une séance où on a eu le sentiment de rencontrer plein de monde.
On ne se connaissait pas forcément, alors on a pris le temps de se présenter, de se raconter pourquoi on était là un mardi matin à 8h30 dans un bar à coté d’une station service où jamais on ne s’arrête d’habitude.
SaumatyIMG_1329

Danièle, François, Carmen, Jean Marie, Nathalie, Audrey, Sophie, Julie, Marie, Cossimo, Anne, Rémi, Agnès, Louis… Finalement on se rend compte qu’on a tous une petite histoire avec la mer ou la pêche, mais c’est un fait que tout en habitant là le Port de Saumaty est plutôt un mystère…

SaumatyDanièleSaumatyIMG_1285

SaumatyIMG_1287SaumatyIMG_1286

Quand on explore on cherche toujours les passages, ça fait partie du jeu… En voici un intéressant et même finalement très intrigant quand on découvre les anciennes voûtes qui soutiennent la structure actuelle. Un fil à tirer vers la ville invisible…

SaumatypassageSaumatyIMG_1293

Explorer c’est aussi expérimenter l’hospitalité des lieux, les barrières, ce qui passe, ce qui ne passe pas, comment passer là où cela ne passe pas et finalement ça passe…

SaumatyIMG_1297SaumatyIMG_1288

 

Une demi heure de conciliabule avec un agent de sécurité qui reconnait que si on était en voiture on pourrait pu argumenter qu’on allait chercher des glaçons,
si il était midi on aurait pu dire que l’on allait manger des tapas,
si on était avec Fernandez on aurait pu dire qu’on était avec Fernandez,
mais là il était 10h et on était à pied, juste des voisins intéressés par leur quartier,
mais ça ce n’est pas une raison suffisante!

Finalement c’est un client habitué du bar du matin ayant eu la gentillesse de nous faire les cafés qui, une seconde fois joue à l’ange gardien et nous fait rentrer grâce à son statut d’agent MPM au Port.
Nous y sommes…

SaumatyIMG_1296

Jean Marie est fils de pêcheur et a suivi le travail familial jusqu’à l’arrêt de l’activité. Décryptage des bateaux, des filets à thon, de la pêche au lamparo, la place de l’observation, et puis aussi l’arrivée des quotas réguliers, l’irrégularité de l’activité, les poissons jusqu’au cou, le mistral si froid que l’eau en devient chaude, les filets qu’on laisse tomber au fond parce qu’il faut payer pour les détruire, l’acidité de l’eau, les espèces oubliées.

SaumatyIMG_1303SaumatyIMG_6364

Vous connaissez la saupe?

SaumatyIMG_1301

Ramender, ça veut dire réparer un filet.

L’oeil noir et jaune de Audrey…

Saumatyport NBSaumatymarie bernardSaumatyfilets nb

L’oeil coloré de Agnès.

SaumatyIMG_1319SaumatyIMG_1323SaumatyIMG_1318SaumatyIMG_1314SaumatyIMG_1316

Puis découverte de la criée, qui n’en est plus vraiment une.

Avalanche de rencontres…

Dans la halle, 5 négociants et Eva.

Eva, la seule femme alentour, qui travaille pour la ferme aquacole bio du Frioul. C’est quoi en fait un poisson bio?

Il y a aussi René, qui bosse pour Galix, spécialiste de la crevette qui a son usine un peu plus loin dans le port.

Surtout du négoce en direction des restaurants et des poissonniers, Eva distribuant aussi des AMAP, une ruche, le café équitable et autres circuits courts alternatifs.

SaumatyIMG_1324SaumatyIMG_1325SaumatyIMG_1335SaumatyevaSaumatyIMG_6404SaumatyIMG_6393

Puis on finit par comprendre que l’une des clés de Saumaty se trouve en haut de cette spirale en métal et qu’elle s’appelle Esposito.

Saumatyescalier Saumatyesposito

La famille Esposito officie depuis 3 générations.
Elle distribue le poisson de plusieurs pêcheurs qui tous s’engagent dans ce que Mr Esposito nomme un “concept”, d’autres diraient peut-être une charte, ou un cahier des charges, ou un état d’esprit… Ce “truc” s’appelle la pêche artisanale de pays.
Ca parle de saisonnalité des espèces, de gestion des fonds, de volumes, de proximité… ça nous dit aussi qu’il faudrait qu’on se cultive un peu plus sur comment ça vit un poisson, qu’on côtoie de plus près les producteurs, comme cela se passe malgré tout de plus en plus pour le maraichage.

Donc chez Esposito et fils, on voit des cartes liées au label Pavillon de France, on regarde de loin le nouveau et encore confidentiel label local qui est en construction, et on contemple des vierges, beaucoup de vierges…
Mais Esposito c’est justement ces enfants italiens “exposés”à la vierge, qu’on a laissé sur le parvis d’une église parce que non légitimes. C’est pour cela qu’en temps de guerre il y a eu beaucoup de petits Esposito…

Saumatycarte pavillon de franceSaumatyesposito et autel Saumatyautel

Invitation nous est faite en janvier pour approfondir notre culture du sujet, par la pratique et la rencontre.
On y reviendra donc à Saumaty, comprendre l’usine à crevettes, rencontrer les pêcheurs qui travaillent avec Esposito, et jouer avec les chats…

Saumatychat et crevette

Mot de la fin pour Danièle:

“Contrastes…
En opposition des gentils agriculteurs qui traquent le méchant loup,
les méchants pêcheurs pêchent les gentils poissons : le jour et à toute allure pour le thon et la nuit , tranquillement au lamparo pour les sardines ou les anchois…
Pendant ce temps, la saupe, poisson oublié car poisson de saison qui pue si on le prend à la mauvaise époque … broute tranquillement ses algues au fond de l’eau …”

Prochaines balades d’exploration

04

Inscriptions et détails auprès de Julie: juliedemuer@gmail.com

Le Mille pattes est un groupe informel (parfois appelé “communauté patrimoniale”) lié à la coopérative d’habitants Hôtel du Nord, ouvert à tous. Il accueille de manière régulière ou ponctuelle ceux qui habitent par là où qui s’intéressent au nord de Marseille, et qui ont envie d’explorer collectivement la ville en mettant en relation (et parfois en tension…) des paysages, des voisins, des histoires, des actions, des savoirs…
• Huveaune: Le dimanche 22 novembre de 9h45 à 16h30 (possibilité de décrocher au moment du pique nique), parcours le long de l’Huveaune pour découvrir à la fois le chemin des Fées avec les habitants de Rives et cultures.
Les 5 fées de l’Huveaune sont des sculptures contemporaines, installées en 2012 et 2013 par Lucy & Jorge ORTA à partir d’une commande en espace publique réalisée par un collectif d’habitants.
“Elles veillent sur notre fleuve côtier et nous en font découvrir les richesses. Quelle est l’histoire de cette création ? De quels messages sont-elles porteuses ? Quels rêves & quels engagements font-elle naître en nous ?”
Cette balade sera l’occasion de découvrir certaines histoires et enjeux de la Vallée de l’Huveaune, et de nouer des premiers échanges avec les habitants pour tisser des liens entre Nord et Est.
Vu que nous allons suivre l’Huveaune de St Zacharie à Marseille, la balade alterne petits moments de marches et déplacements en voiture. Nous devons être à Saint Zacharie à 9h45 (co voiturage possible).

• Gardanne: Le mercredi 25 novembre de 10h à 14h30 (pique nique) à Gardanne, Marche d’hospitalité sur le GR2013.
Le principe de cette marche est d’aller à la rencontre des habitants et initiatives à Gardanne et de faire connaissance en marchant dans l’idée de développer l’hospitalité autour du GR2013 (notamment chambres et camping chez l’habitant, élaboration avec des artistes constructeurs de refuges urbains, repérage d’initiatives à valoriser…).

• Saumaty: Le mardi 1er décembre de 8h30 à 12h, 1er rdv d’exploration Littoral: Saumaty.
On ouvre le chantier sur le littoral avec une première exploration du Port de Saumaty. Nous devons y allez tôt car c’est avant tout un lieu de travail et comme tout le monde le sait, les pêcheurs se lèvent tôt…
RDV au rond point de la caserne des Pompiers (CETIS).

Variations autour de la Castellane

Telle une impro musicale, voici la seconde portée de l’orchestre du 1000 pattes en avril (la première c’était l’exploration du canal)…

Plutôt des musiciennes parfois un peu magiques, pour une variation sans baguette autour de la Castellane, toute en ponctuations et plutôt à un rythme chaloupé.

Vous remarquerez aussi en instrumentistes très outillés l’équipe de Thalassa qui nous suivent depuis quelques semaines avec une belle écoute et un goût pas si commun dans les grands medias pour la complexité.

Alors ça commence. Dominique au métronome photographique.

barnier Tolcioportraits  portraits bis baguette Se retrouver le long du Barnier/Pradel

groupe en route on rigole

Prendre les coulisses, Verduron et son canal désaffecté, qui fût longtemps le chemin des écoliers pour rejoindre de l’ancienne école de Verduron la nouvelle de la Castelanne.

 coucou descente vers lécole on the road

Discuter de ce que l’on voit et de ce dont on se souvient,

écouter l'herbe pousser

 

 Filmer les plantes pousser…

Horizons

 la pelouque l'horizon  grand paysage

Etre là

là

Ou là…

les 1001 nuits

Les courbes et les lignes s’affirment…

l'hoizon 3 au détour d'un arbre   centre social

Inversion des points de vue, nous voyons à l’envers de nos habitudes…

pradel à l'envers  la bricarde

Jusqu’à la bifurcation des chemins

à la bifurcation des cheminsfrnaçoise

Cette balade en construction sera partagée à l’occasion des JEP 2015, le samedi 19 septembre.

Quand Hôtel du Nord et l’Hôpital Nord chantent ensemble…

Dans le cadre du développement de son offre d’hospitalité autour de l’Hôpital nord afin de mieux héberger et de soutenir les familles des patients hospitalisés, Hôtel du nord s’est associée à la 27ème région afin de proposer des pistes pour améliorer l’accueil à l’hôpital et mieux intégrer l’équipement dans son environnement de proximité.

L’une des propositions a consisté à organiser un marché au sein de l’hôpital avec les commerçants du quartiers et les sociétaires de la coopérative d’habitants Hôtel du Nord.

Cette initiative avait pour triple objectif de permettre aux habitants, commerçants et usagers de l’hôpital de se rencontrer, de soutenir l’activité économique des quartiers environnants, de qualifier par l’hospitalité et la rencontre des espaces plutôt déshumanisés dans les services publiques (lieux d’attentes, espaces publics…).

Le test a plus que fonctionné…